Quatre artistes peignent un arbre

Publié le par anima

4artistes_1arbre_disney02.jpg

©  Walt Disney Pictures - Tous droits réservés

En 1954, Walt Disney présentait sa propre émission télévisée sur ABC, laquelle constituait la contrepartie d'un apport de fonds de la chaîne dans la construction du premier parc d'attraction à la gloire du royaume aseptisé que la multinationale de l'Oncle Walt continue d'alimenter aujourd'hui. La série était d'ailleurs intitulée lors de sa première diffusion "Disneyland".
Dans cette heure de programme hebdomadaire, s'incrustaient parfois des documentaires dont la valeur pédagogique est devenue avec le temps inestimable. Beaucoup d'entre vous seront donc probablement très surpris, sinon bluffés, par celui qui nous propose de suivre quatre des principaux directeurs artistiques des studios de l'époque dans leur approche picturale d'un même sujet.
"Four artists paint one tree - A Walt Disney adventure in Art" s'ouvre sur un avant-propos du Big Boss qui illustre sans doute l'aspect le plus honorable de l'idéologie disneyenne, à savoir la valorisation d'une maîtrise d'œuvre artistique et artisanale (qu'il est toujours de bon ton en 2015 de qualifier de "réactionnaire" dans certaines sphères d'influence), en préambule d'une démonstration de son application
concrète sous les pinceaux, brosses et raclettes de Marc Davis, Eyvind Earle, Joshua Meador et Walt Peregoy.

Sans doute n'est-il pas vain de souligner, à l'attention de tous ceux qui l'ignorent, que l'on n'enseigne plus guère les techniques "académiques" de dessin et de peinture dans les écoles françaises dites des "beaux-arts" (sauf à quelques très rares exceptions). Les enseignants et autres pédagogues aptes à transmettre ses savoirs et savoir-faire sont une espèce en voie d'extinction, faute d'avoir eux-mêmes pu suivre un tel enseignement.

Pour ces raisons, entre autres, le présent documentaire, aussi vulgarisateur et réducteur soit-il, est un trésor archéologique, révélant une mine d'informations théoriques et techniques, pour qui prendrait le temps de les observer avec bienveillance et sagacité.
A toutes fins utiles ...


> visionner le documentaire

Commenter cet article